Commentaires sur Les sandales rouges

    "Où vont les canards quand il fait trop froid ?"
    (Cali)

    Triant de vieux mails, je détruisais les tiens, puisque tu n'as pas répondu au dernier, il y a un an...et j'ai tapé dans google le nom de ton blog, sans y croire. Mais je vois que tu es toujours bien là.

    Avec toujours de très belles photos...Merci.

    Posté par itinerance7, 09 juin 2008 à 22:10 | | Répondre
  • Là où tu es

    Là où tu sais qu'il est illusoire de croire un instant qu'il sera alors que tu n'as jamais su ce qu'il a déjà été : l’illusion d'un passé en éternel à venir ou tout simplement son inverse, un temps à venir en perpétuel passé, qui n'existe que pour celui qui le laisse aller en fugace idée du mouvement dans un éternel immobile ou un immobile en continuel mouvement. Chercher à connaître la notion du temps qui passe et l’endroit où il se trouve est aussi vain que de savoir qui je suis, où vais-je et quand mange-je ? Une aberration de la notion d’existence. Le temps ne passe pas, il est toujours là au moment où. Le passé et l’avenir sont des notions fictives qui nous fournissent l’illusion d’un espace temporel à la mesure de nos vanités. Le temps qui passe est dans mes vanités, celles de croire que j’ai été et serai, alors que je suis. Sera est une prétention, été une représentation. Le temps passe là où j’ai conscience d’être.
    Pour ce que j’en sais ...

    Posté par Nabuco, 21 décembre 2008 à 01:46 | | Répondre
Nouveau commentaire