16 janvier 2009

L'Irréparable

Pouvons-nous étouffer le vieux, le long Remords,Qui vit, s'agite et se tortilleEt se nourrit de nous comme le ver des morts,Comme du chêne la chenille?Pouvons-nous étouffer l'implacable Remords?Dans quel philtre, dans quel vin, dans quelle tisane,Noierons-nous ce vieil ennemi,Destructeur et gourmand comme la courtisane,Patient comme la fourmi?Dans quel philtre? dans quel vin? dans quelle tisane?Dis-le, belle sorcière, oh! dis, si tu le sais,A cet esprit comblé d'angoisseEt pareil au mourant qu'écrasent les blessés,Que le sabot du... [Lire la suite]
Posté par Gigianni à 01:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 mai 2008

La chevelure

      Ô toison, moutonnant jusque sur l'encolure !Ô boucles ! Ô parfum chargé de nonchaloir !Extase ! Pour peupler ce soir l'alcôve obscureDes souvenirs dormant dans cette chevelure,Je la veux agiter dans l'air comme un mouchoir !La langoureuse Asie et la brûlante Afrique,Tout un monde lointain, absent, presque défunt,Vit dans tes profondeurs, forêt aromatique !Comme d'autres esprits voguent sur la musique,Le mien, ô mon amour ! nage sur ton parfum.J'irai là-bas où l'arbre et l'homme, pleins de sève,Se pâment... [Lire la suite]
Posté par Gigianni à 21:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 août 2007

Noir comme la mer

           Tout ce que je puis te dire A cause de tant de murs, Tout cela qui s’accumule Autour de nous dans la nuit, Il faudra bien que tu l’entendes Lorsqu’il ne restera de moi Que moi-même, à tes yeux cachés. Tout ce que je puis te dire Et que tu repousses dans l’ombre A force de trop désirer, Cet amour noir comme la mer Où venaient mourir des étoiles Et ce sillage de lumière Que je suivais sur ton visage, Tout ce qu’autrefois nous taisions ... [Lire la suite]
Posté par Gigianni à 21:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
15 février 2007

Ivresse

                     Enivrez-vousII faut être toujours ivre. Tout est là c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.Et si quelquefois, sur les marches d’un palais, sur l’herbe verte d’un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l’ivresse déjà... [Lire la suite]
Posté par Gigianni à 21:15 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
27 janvier 2007

une bonne année pour GREEN IS BEAUTIFUL !

Laure Maud, Jacques-Olivier Barthes, Katelia, Stéphanie Vialfont, Nikita Design, Loic Fel, Matthieu Dortomb, Arnaud Legrand, Chris Lucas.        GREEN IS BEAUTIFUL® est un collectif d’artistes, de chercheurs et de professionnels de la communication environnementalistes, ayant pour vocation de promouvoir un développement humain plus responsable, reposant sur un mode de vie soutenable respectueux des ressources naturelles et de la personne humaine.            ... [Lire la suite]
Posté par Gigianni à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2006

Le moins qu’on pouvait demander à une sculpture, c’est de ne pas bouger

Mai 1956 le 12 La critique est une chose sublime. Elle est digne seulement des génies. Le seul homme qui pouvait écrire un pamphlet sur la critique, c’était moi, parce que je suis l’inventeur de la méthode paranoïa-critique. Et je l’ai fait. Mais là encore, comme pour ce journal, comme pour ma Vie secrète, je n’ai pas tout dit, et j’ai pris soin de garder en réserve des pommes pourries grenades explosives et si, par exemple, on me demande quel est l’être le plus médiocre qui ait jamais exosté, je dirais Christian Zervos.... [Lire la suite]
Posté par Gigianni à 19:36 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

29 novembre 2006

Un soir

    Un soir   Un aigle descendit de ce ciel blanc d'archanges      Et vous soutenez-moiLaisserez-vous trembler longtemps toutes ces lampes      Priez priez pour moiLa ville est métallique et c'est la seule étoile      Noyée dans tes yeux bleusQuand les tramways roulaient jaillissaient des feux pâles      Sur des oiseaux galeuxEt tout ce qui tremblait dans tes yeux de mes songes      Qu'un seul homme buvaitSous les... [Lire la suite]
Posté par Gigianni à 17:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 octobre 2006

le temps pourtant

               L'éternité est en-dehors du tempsLa longueur du temps n’est faite que de la succession d’une multitude d’instants, qui ne peuvent se dérouler simultanément. Au contraire, dans l’éternité, rien n’est successif, tout est présent, alors que le temps ne saurait être présent tout à la fois.tout le passé est refoulé par le futurtout le futur suit le passétout le passé et le futur tirent leur être et leur cours de l’éternel présent.Toujours stable, l’éternité qui n’est ni... [Lire la suite]
Posté par Gigianni à 15:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
19 septembre 2006

Sonnet caudé sur le plafond de la Sixtine

A travailler tordu j’ai attrappé un goitrecomme l’eau en procure aux chats de lombardie(à moins que ce ne soit de quelque autre pays)et j’ai le ventre, à force, collé au menton.Ma barbe pointe vers le ciel, je sens ma nuquesur mon dos, j’ai une poitrine de harpie,et la peinture qui dégouline sans cessesur mon visage en fait un riche pavement.Mes lombes sont allées se fourrer dans ma panse,faisant par contrepoids de mon cul une croupechevaline et je déambule à l’aveuglette.J’ai par-devant l’écorce qui va s’allongeantalors que... [Lire la suite]
Posté par Gigianni à 22:42 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
28 juillet 2006

New Born

  Muse - New Born
Posté par Gigianni à 12:39 - - Commentaires [5] - Permalien [#]